Martinique

« C’est la meilleure, la plus fertile, la plus douce, la plus charmante contrée qu’il y ait au monde » aurait déclaré Christophe Colomb à propos de la Martinique.

C’est en tout cas la première île des Caraïbes que nous découvrons. 

Elle a des aspects bien différents si vous allez au nord, du côté de la montagne Pelée où tout est très vert et humide, ou au sud, où le climat est plus sec et ensoleillé, et les plages paradisiaques. 

Voici plus en détails notre découverte de l’île durant ces 20 jours.

Fort de France : cette ville de 90 000 habitants (1/4 de la population de l’île) est vraiment l’unique centre ville de l’île. Quand vous avez quitté sa périphérie, impossible de trouver un grand centre commercial ou une grande enseigne métropolitaine. C’est d’ailleurs ce qui explique les énormes bouchons qui paralysent l’île le matin et le soir. Tous les habitants ont besoin d’aller à Fort de France que ce soit pour aller travailler ou pour faire leurs achats. Nous avons croisé plusieurs habitants nous disant avoir arrêté de travailler à FDF à cause du temps nécessaire pour aller au sur leur lieu de travail. 

La ville n’a pas selon nous un énorme intérêt touristique, si ce n’est celui de se balader dans les ruelles, écouter les conversations, ou flâner sur la place centrale de la Savane où l’on peut voir la statue décapitée de Joséphine de Beauharnais (impératrice et femme de Napoléon qui est native de l’île, et est tenue pour responsable du rétablissement de l’esclavage en 1802). 

La savane des esclaves est un musée en plein air où nous avons pu faire découvrir aux enfants l’histoire de l’esclavage. On peut y voir des cases traditionnelles, et une guide explique le fonctionnement de l’esclavage sur l’île, la vie et le quotidien des esclaves, et le code noir. L’esclavage a été aboli ici il y a seulement 150 ans, et on sent encore de manière forte son imprégnation dans la société, car tout le développement économique de l’île a été basé sur le commerce triangulaire. Cela a très enrichissant d’évoquer tous ces faits historiques avec les enfants, en particulier avec Victoire. Quel bonheur de la voir grandir, commencer à se faire son propre avis sur les choses, prendre de la distance avec les évènements tel qu’ils sont racontés parfois de manière simplifiée, et poser des questions pertinentes. Notre premier bébé devient grand et j’ai parfois envie d’arrêter le temps, tout en savourant tous ces échanges avec elle qui changent la configuration de notre famille dans le sens où nous n’avons plus que des enfants moyens ou petits, mais une mini adulte avec nous. Sa soif d’apprendre et de comprendre m’impressionne.

L’Habitation Clément est une ancienne plantation de canne à sucre, avec ses champs de canne à sucre, sa distillerie et sa sa maison de maître. Cette habitation ouverte au public, est le site culturel que nous avons préféré. Elle constitue un passionnant témoignage de l’histoire de la Martinique tant du point de vue industriel (distillerie et plantation de canne à sucre), que du point de vue sociétal avec la vie créole et l’esclavage (maison de maître, histoire du domaine, écurie, jardin botanique). Il y a un audio guide qui pour une fois est très bien fait, chacun suit donc à son rythme la visite commentée. 

Les ruines de Saint-Pierre : au nord de la Martinique, la ville de Saint-Pierre était anciennement la capitale de l’île, surnommée « le petit Paris » ou « la perle des Antilles ». Mais en 1902, la montagne Pelée qui domine la ville  (vous la voyez au fond dans les nuages sur la première photo) donne des signes inquiétants d’éruptions. Le 8 mai, une explosion de cendres, de pierres et de gaz descend en trombe sur la ville et tue ses 28 000 habitants. De nombreuses ruines sont restées en état, et le sable des plages est gris. À quelques dizaines de mètres de profondeur, une dizaine de navires gisent au fond de la baie, vestiges de l’éruption. 

La plage des Salines : c’est la première plage où nous sommes allés en arrivant, sorte de paradis de carte postale avec son long ruban de sable blond, bordé de cocotiers et d’amandiers. La mer est turquoise, l’eau a 28. Comme dirait Georges : « what else? ». Seul inconvénient au décor, les moustiques qui se réveillent à la tombée de la nuit. Les locaux les appellent les « yenyens », et ils sont bien plus coriaces que les moustiques tigres ! Après une première soirée à regarder le coucher de soleil nous n’avons plus retenté l’expérience. Les prochains couchés de soleil, nous les verrons sur Comalvi ! 

L’anse Trabaud : cette plage est la plus sauvage que nous ayons faite, elle est cernée de mangrove et donc peu accessible. Nous devons être 10 personnes sur une plage paradisiaque de plusieurs kilomètres. Un peu comme dans James Bond et Dr No. (avec Sean Connery et Ursula Andress). Ici, nous sommes sur la face atlantique de l’île (la Martinique a une face du côté de la mer des Caraïbes et une face du côté de l’océan atlantique). Il y a donc du vent et des vagues pour le plus grand bonheur des enfants qui jouent des heures dans l’eau (nous avons perdu deux masques, et avons faillit perdre les lunettes de Vic). La savane des pétrifications qui est au bout de cette plage est une vaste étendue désertique vestige d’une forêt engloutie par la lave. La vue est à couper le souffle. 

Nous avons également visité la Maison de la canne à sucre, le Village de la poterie, le Musée des coquillages qui regroupe une collection de plus de 4 000 coquillages du monde entier. Les enfants ont en général beaucoup aimé les visites qui sont rapides et souvent proches d’une plage, ce qui nous permettait de faire des arrêts baignade fréquents.

Le Marin est le pôle maritime de l’île ou paradis des voileux, avec sa magnifique baie bien protégée du vent et des cyclones. Il y a un port de 900 places et 40 000 plaisanciers s’y arrêtent tous les ans. Nous ne sommes restés que deux nuits dans la baie, une à l’arrivée de la transat, et une avant notre départ pour les Grenadines, afin de faire le dernier avitaillement et terminer les dernières réparations (récupérer notre spi qui s’est déchiré pendant la transat, réparer le réseau 220 HS, changer un chandelier…). 

Sainte Anne : ce village est celui où nous sommes restés le plus longtemps. Il y a un magnifique mouillage devant le village et un joli ponton où accoster en annexe. L’Église Notre-Dame est au bout de ce ponton, et nous avons eut droit chaque dimanche à des messes magnifiques et un accueil chaleureux. 

 

Notre « bilan » de la Martinique? Beaucoup nous avaient dit que cette île n’avait pas grand intérêt par rapport au reste des Caraïbes. Nous avons donc hâte de voir la suite des îles car celle ci est déjà magnifique, même si les difficultés ethniques palpables (drapeaux indépendantistes, tensions communautaires entre les habitants noirs et blancs) nous interrogent sur la possibilité d’une société pacifiée… 

Nous partons pour les îles Grenadines entre demain et dimanche. Pour ceux qui ne situent pas ce sont les îles entre la Martinique et le Vénézuela. C’est là que s’est déroulé le tournage du film Pirate des Caraïbes, vous savez, quand Jack et Elizabeth sont largués sur une île déserte et dansent autour du feu sur une plage.

À nouveau nous n’aurons plus de connexion internet. Pour nous joindre :

  • par mail à l’adresse : gverny@myiridium.net (juste du texte, pas d’images qui sont trop lourdes à charger)
  • par sms, aller sur le site https://messaging.iridium.com et entrer ce numéro : 881652420998

Et vous pouvez toujours nous suivre via le tracking du site, mis à jour toutes les 4 heures.

Encore bonne année 2019 à tous 

Partager:

2 Commentaires

  1. Morati
    4 janvier 2019 / 9 h 46 min

    Coucou famille Verny,
    Trop sympa de pouvoir vous suivre avec belles photos et visages rayonnants à l’appui!
    Bravo pour votre résilience face aux imprévus.
    Nous espérons que Jeanne est complètement remise, ce n’est quand même pas un double salto arrière qui allait tout gâcher!😉
    Nous vous souhaitons une merveilleuse année 2019, pleine de joies, de lumière et de paix, des rencontres inoubliables et des souvenirs plein la tête!
    Mille bisous de la famille Morati
    😘😘😘🌸

    • Jeanne
      Auteur/autrice
      10 janvier 2019 / 4 h 56 min

      Merci Angélique pour ton super gentil message. Belle année 2019 à toute la famille Morati et à toute la team Pagina. Bises de nous tous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.